Asoft développe un projet de tiers-lieu à Nyons

Posted on: 9 janvier 2016

L’association ASOFT prépare un projet de tiers-lieu à Nyons. Un tiers-lieu, késekça ? Les lignes qui suivent vous éclaireront sur ce projet ambitieux qui pourrait marquer un tournant pour Asoft… et pour Nyons.

tiers-lieux-1024x389

  • Véronique travaille pour une entreprise de Montélimar. Elle habite à Nyons et fait le déplacement tous les jours. Elle est arrivée à un accord avec son employeur pour travailler depuis chez elle quelques jours par semaine. Mais à la maison, il y a toujours quelque chose à faire et elle n’arrive pas à se concentrer. Quelle solution trouver pour Véronique ?
  • Thierry a l’idée de créer une entreprise pour vendre des produits locaux par Internet. Il aimerait partager son projet avec d’autres personnes de la localité. Où peut-il rencontrer d’autres personnes qui ont les compétences pour développer le projet avec lui ?
  • Marceline a 70 ans. Elle ne parvient pas à remplir sa déclaration d’impôt par Internet. Elle aimerait trouver un organisme qui puisse l’aider. A qui peut-elle s’adresser ?

La solution pour ces trois personnes ?
Un lieu convivial multiservices où chacune d’elles trouverait ce dont elle a besoin :
un tiers-lieu !

Le tiers-lieu, espace de rencontre

Les tiers-lieux sont des espaces physiques et/ou virtuels de rencontres entre personnes et compétences variées qui n’ont pas forcément vocation à se croiser. C’est le sociologue états-unien Ray Oldenburg qui a introduit en 1989 cette nouvelle notion, afin de rendre compte de l’apparition de nouveaux lieux, intermédiaires entre le domicile (premier lieu)  et le travail (deuxième lieu) et adaptés aux nouvelles pratiques de travail.

Ni privés, ni publics, ils composent une solution hybride entre espace personnel et espace ouvert, domicile et travail, convivialité et concentration. Ils réunissent un certain nombre de conditions permettant les rencontres informelles et favorisant la créativité issue des interactions sociales, notamment à travers l’ouverture, la flexibilité, la viabilité, la convivialité et l’accessibilité.

tiers-lieu fablabUn tiers-lieu ne se définit pas par ce qu’il est mais par ce que l’on en fait. Il peut donc rassembler un centre de ressources, un espace de coworking (espace de travail collaboratif), un FabLab (laboratoire de fabrication numérique), des entreprises ouvertes, des ateliers de réparation et bien d’autres choses encore.

Chaque tiers-lieu a donc sa spécificité, son fonctionnement, son mode de financement, mais tous favorisent la créativité, l’initiative et le partage.

Les avantages d’un tiers-lieu

Pour bien saisir ses avantages, le tiers-lieu gagne à être envisagé à travers plusieurs prismes interdépendants les uns des autres :

  • Le prisme sociologique : par nature, le tiers lieu est fait de relations et d’interactions sociales. Il agit comme une fabrique de lien et de capital social, comme carrefour de rencontre, comme espace dans la Cité. Il renvoie à des pratiques culturelles, aux notions de vivre et co-créer ensemble et transcende les projets individuels des uns et des autres pour leur donner une dimension collective.
  • Le prisme socio-professionnel : il peut devenir un lieu de rencontre où des professionnels et des spécialistes amateurs peuvent échanger et travailler.
  • Le prisme économique : lieu de travail, d’échange et de croisement, le tiers-lieu est à considérer comme une fabrique d’innovation. Cette créativité peut évidemment déboucher sur la création de richesses financière et non financière, et donc sur une valeur économique avérée.
  • Le prisme culturel : le tiers-lieu est empreint de valeurs d’ouverture, de solidarité, d’échanges et de partages. Loin de se cantonner à la seule sphère du travail, il invite à transformer son usager en acteur co-créateur de sa réalité et de ses projets. Porteur d’une culture proactive, il est aussi lieu de création et d’échanges culturels
  • Le prisme territorial : véritable centre de ressources pour ses usagers, le tiers-lieu devient également un centre de ressources pour son territoire. Il favorise l’émergence de projets collectifs permettant de co-créer et conserver de la valeur sur les territoires. Il peut donc être créateur d’une nouvelle dynamique territoriale.

Un tiers-lieu à Nyons

tiers lieuUn tiers-lieu représente un atout important pour la ville de Nyons et sa région :

  • L’existence d’un tiers-lieu dynamique permettra à Nyons de se développer comme un foyer régional d’innovation et un pôle d’excellence.
  • La rencontre et le regroupement dans un même lieu de plusieurs initiatives locales permettra de créer de nouvelles synergies économiques, sociales et culturelles.
  • La dynamique engendrée favorisera le développement de pratiques innovantes.
  • Le lieu fournira un cadre accueillant pour les Nyonsais faisant du télétravail.
  • Ce sera un lieu public pour la sensibilisation et la formation au numérique, de plus en plus nécessaire dans la vie quotidienne.
  • Ce sera un relais de services au public, spécialement utile pour les administrations n’étant pas représentées ou insuffisamment présentes à Nyons
  • Les entreprises de la région auront accès à un “FabLab” où elles pourront fabriquer leurs modèles et prototypes en 2D et 3D.
  • Divers services complémentaires pourraient être offerts : atelier de réparation d’objets, vente de produits locaux, etc.

Le projet d’Asoft

Le Département a récemment lancé un appel à projets pour la constitution de tiers-lieux dans la Drôme. L’association Asoft a décidé de répondre à cet appel et de formuler un projet d’ici le 31 mars 2016.

En partie, il en va de l’avenir d’Asoft : ses sources de financement extérieures étant taries, l’association doit s’inscrire dans cette nouvelle dynamique, au risque de revoir certaines de ses orientations. Soutenu par le Département et d’autres institutions, le tiers-lieu constitue pour Asoft une voie d’avenir susceptible d’assurer la pérennité de l’association.

En association avec le Pôle Numérique, Asoft recevra à partir de mars 2016 une animatrice sous la forme d’un emploi CAE. Cette personne sera chargée de la mise en place d’un tiers-lieu à Nyons, de la coordination du réseau et de la dynamique du projet.

affiche_baronnies_maquette21_800pxDivers contacts ont déjà été pris avec des organisations hébergées dans la Maison des Associations, notamment l’Association familiale du Nyonsais, l’Université Nyonsaise du Temps Libre, le service Jeunesse de la ville, etc. De même, une collaboration pourrait se dessiner avec la Médiathèque de la Drôme provençale, avec laquelle de premiers contacts ont été pris, ainsi qu’avec d’autres institutions nyonsaises intéressées par de nouvelles pratiques collaboratives, comme le CEDER ou la Chambre de Commerce et d’Industrie.

Par ailleurs, Asoft participe activement au réseau Innover en Baronnies, créé récemment sous l’égide du Parc naturel régional des Baronnies provençales. Ce réseau fédère des associations, des entrepreneurs, des élus, des citoyens impliqués dans des projets innovants, ouverts et collaboratifs. Il a vocation à promouvoir et faire naître des tiers-lieux s’articulant autour de quatre axes de projets :

  • Le développement économique régional
  • Les services au public
  • Les pratiques collaboratives
  • La culture numérique

La Charte du parc des Baronnies provençales ambitionne de soutenir, accompagner et valoriser ces divers projets naissants, dont celui d’Asoft à Nyons.

Les activités du tiers-lieu

Comme il a été dit précédemment, il n’existe pas de « modèle type » de tiers-lieu car ces espaces se construisent selon les besoins des citoyens et les particularités d’un territoire.

clavier grainesDans le cas de Nyons, le tiers-lieu pourrait comprendre les espaces et les fonctions suivantes :

  • Un espace d’accueil comprenant quelques postes informatiques ouverts au public. C’est là que le premier contact aura lieu, que les services au public les plus simples seront effectués et que le public sera dirigé vers les différents espaces spécialisés, selon ses besoins.
  • Un espace de co-working (travail collaboratif) où des autoentrepreneurs, porteurs de projets, etc., pourront travailler et développer leurs projet, dans une dynamique collaborative.
  • Des espaces de bureaux privatifs, où les télétravailleurs pourront effectuer leurs tâches de façon plus discrète.
  • Un espace de réunion et de rencontre, avec équipement de projection.
  • Un espace de formation au numérique, où seront donnés des ateliers correspondant aux besoins de la population.
  • Un espace de services au public, où sera réalisée la médiation entre la population et les institutions publiques, semi-publiques ou privées participantes (Pôle-Emploi, CAF, EDF, banques, etc.).
  • Un espace kitchenette, avec machine à café, four à micro-ondes, etc.

D’autres services sont envisageables, nécessitant des espaces plus importants. Ces espaces pourraient être trouvés soit dans la Maison des Associations, si certains locaux du niveau inférieur pouvaient être rendus disponibles, soit dans des lieux décentralisés, à Nyons ou dans la région. Ces services comprennent, par exemple :

  • Un fablab ou atelier de fabrication numérique, qui permettrait aux entreprises, entrepreneurs et particuliers de fabriquer des modèles ou prototypes en 2D ou 3D.
  • Un repair café où seraient réparés des objets hors d’état de fonctionner.
  • Un atelier de recyclage où l’on donnerait une nouvelle vie ou de nouvelles fonctions à des objets mis au rebut.

Dans quel lieu ?

Pour la création du tiers-lieu de Nyons, Asoft travaille sur plusieurs hypothèses. Celles-ci visent à utiliser au mieux les espaces existants déjà cédés ou gérés par la ville de Nyons. De cette façon, on évitera les coûts d’une installation dans de nouveaux locaux. Une communication a été envoyée au maire afin de lui proposer un projet qui soit en accord avec les besoins de la ville.

Le financement

Selon l’appel à projets, le Département ne financera que 30 % des frais d’investissement et 20 % des frais de fonctionnement pendant 3 ans. Un important cofinancement doit donc être trouvé, notamment auprès de partenaires publics ou semi-publics.

tiers lieu papycampOutre les subventions et aides au fonctionnement (en partie assurées sur trois ans si le projet est retenu dans le cadre de l’appel d’offres), et du soutien de la ville de Nyons sous la forme du local et de prestations en nature, Asoft espère recevoir un financement au titre de Maison de services au public (MSAP), lui permettant de fournir un accueil et des services au public à titre gratuit, complémentaires de ceux déjà proposés par certains organismes présents sur Nyons. De plus, les divers organismes pour lesquels le tiers-lieu offrira des services au public devraient rémunérer le tiers-lieu à cet effet. Il n’est pas non plus exclu de demander des financements complémentaires de la part de fondations.

Il est clair cependant que le tiers-lieu devra aussi produire ses propres revenus. Ceux-ci devraient provenir de plusieurs sources :

  • Prestation de services à des coworkers, télétravailleurs, entreprises, associations, etc.
  • Services de formation
  • Utilisation du FabLab

Un budget précis est en cours d’élaboration afin d’assurer la pérennité du tiers-lieu au-delà des trois années de financement initial par le département.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

tempus sit libero et, vel, sed ut id quis, Curabitur felis